PROJETS DE LOI 2021

&

MINISTRES

Ministre de l'intérieur

Séparation d'Église et l'État

MARIE POISQUET

"Mon projet de loi porte sur la séparation absolue de l'Église et de l'État. Premièrement, l'ingérence fédérale dans les religions reconnues sera abolie. Deuxièmement, la neutralité sera promue, et finalement la santé l'emportera généralement sur la foi."

Ministre des télécommunications

Réseaux sociaux

Minister van Justitie

ANTOINE THILL

"Je pars d’un constat : la liberté d’expression n’a cessé de croitre - dans nos démocraties - avec le développement d’internet. Et ce jusqu’à tolérer aujourd’hui la prolifération des discours discriminants sur les plateformes d’échange de contenus en ligne. S’exprimer (même librement) en stigmatisant l’Autre est tout simplement inacceptable. Mon projet de loi a pour but de mieux réguler les contenus présents sur les réseaux sociaux, entre autres. Nous débattrons au sujet de l’identification à un compte grâce à sa carte d’identité, de l’usage de l’intelligence artificielle, des procédures de signalement accélérées ou encore de la répression de la diffusion des « contenus illicites » … C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je vous propose un projet de loi clivant et résolument actuel !"

Ministre de l'ordre public

Réforme de l'État

CLAIRE LEMAIRE

"Ce projet de loi vise à rapprocher la démocratie du citoyen, et à stimuler et accélérer la gestion de problèmes sociétaires très actuels: le réchauffement climatique et la crise des migrants. Il s’agit de confier  une partie des compétences environnementales et de migration aux villes et aux communes. Une autre partie de ces compétences sera transférée du niveau régional au fédéral, afin d’éviter les divergences politiques et d’assurer plus d’unité dans la prise de décisions importantes."

Ministre de la justice

Décriminalisation des drogues

FELIX GEEREBAERT

"Ce projet se compose de trois parties. Premièrement, la possession et l'usage personnels de toutes les drogues seront décriminalisés. Ceci est basé sur la philosophie selon laquelle les utilisateurs sont plus susceptibles d'être des patients que des criminels. Par la suite, il y aura une légalisation réglementée du cannabis. Ici, il y a un rôle important pour les clubs sociaux de cannabis, qui sont établis selon les directives européennes. Enfin, les tests de pilules et les zones d'utilisation seront légalisés dans le contexte de la «réduction des risques». Celles-ci sont déjà tolérées en Wallonie, mais il est temps de leur donner un statut juridique. Une politique antidrogue sans tabous et adaptée au citoyen, c'est ce que représente ce projet de loi."

SPONSORS

  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn Social Icon